MODALITÉS DE TENUE DES SPECTACLES PYROTECHNIQUES

SAISON 2021

SYNTHÈSE DE L’ANNÉE 2020

 

 

CONSTAT

 

Dans la réponse N°29538 du gouvernement à la question de Madame la Députée Marianne Dubois (annexe 1), le Ministère de l’Intérieur précise que :

« Les restrictions imposées au secteur du spectacle et de l’événementiel ont progressivement été assouplis au cours de l’été. Ainsi, les spectacles dont l’organisation permettait le respect des mesures sanitaires ont été autorisés par les préfets de département et des feux d’artifices ont pu être réalisés dans différentes localités ».

 

Cette affirmation est erronée. Les professionnels adhérents du syndicat enregistrent une perte de chiffre d’affaire conséquente allant jusqu’à 98% pour certains. D’autre part, comme vous pourrez le constater dans l’annexe 2 de cette note, certaines préfectures ont purement et simplement interdit la réalisation des feux d’artifices comme c’est le cas pour la préfecture des Côtes d'Armor.

 

Cette perte de chiffre d’affaire s’explique également par l’annulation ou le classement sans suite d’un grand nombre d’appels d’offres durant le premier confinement entre les mois de mars et mai, à la suite des annonces du gouvernement.

 

Il est à noter que notre profession fait face à deux problèmes :

•Le caractère hautement saisonnier de nos réalisations, entre mai et septembre avec une reprise moindre pour les fêtes de fin d’année.

•La parution d’appels d’offres ou de mises en concurrence qui conditionnent la saison des réalisations (d’octobre à fin mai).

 

​INJUSTICE NATIONALE

 

​A la lecture de l’annexe 2, vous conviendrez que celle-ci met le doigt sur une interdiction associée à une contradiction :

 

Interdiction Page 3 : «  Dans ce cadre, et à titre d’exemple, les feux d’artifices ne seront pas autorisés car leurs conditions d’organisation ne permettent pas le respect des mesures d’hygiène et de distanciation sociale. »

 

Contradiction page 3 : Chaque événement exceptionnellement autorisé devra présenter les garanties permettant de s’assurer que les mesures d’hygiène et de distanciation sociale ou, à défaut, le port du masque, seront respectés.

 

Ainsi, lorsque la tenue de certains événements pyrotechniques ont pu être maintenu dans certaines régions de France et notamment en Vendée, dans la Somme, le Pas-de-Calais… dans d’autres comme les Côtes d'Armor sont purement et simplement interdits sans même étudier la faisabilité de ces derniers…

 

Nous sommes conscients que seuls les préfets sont en capacité de juger s’il est possible de maintenir ou non la réalisation de ces événements mais nous demandons au gouvernement de bien vouloir avoir un discours clair et homogène sur l’ensemble du territoire afin que les services préfectoraux travaillent main dans la main avec les collectivités et étudient leurs demandes au cas par cas. Nous sommes en effet persuadés que la tenue d’un bon nombre de feux d’artifices, notamment dans les villages et petites villes auraient pu avoir lieu en 2020 et cela tout en respectant les gestes barrières.

 

PROPOSITIONS POUR L’ANNÉE 2021

LES SPECTACLES PYROTECHNIQUES NE PRÉSENTENT PAS DE DANGER SANITAIRE

Nous le savons, les spectacles pyrotechniques sont extrêmement fédérateurs et le public qui vient y assister est largement familial.

 

C’est un moment statique, sans échange entre petits groupes installés dans de grands espaces ouverts (dans l’herbe, sur la plage), debouts ou assis, en résumé et comparativement à d’autres actions du quotidien, c’est une activité sans danger.

 

Dans une majorité des cas, les feux traditionnels sont réalisés en périphérie des villes, dans des stades, des parcs, en mer, en résumé de vastes zones ouvertes permettant facilement la distanciation physique.

 

Il est à noter que les mesures du plan Vigipirate déjà appliquées par les organisateurs permettent facilement un comptage du public, de s’assurer que ceux-ci sont équipés de masques, etc…

 

Si, comme annoncé, le gouvernement est prêt à autoriser les festivals dans la limite de 5000 personnes, il est nécessaire que le message soit clair et cohérent et que les mêmes règles s’appliquent uniformément sur le plan national. Soit on étudie massivement les demandes, soit on les interdit totalement, au risque d’avoir une incompréhension des professionnels et du public.

 

Cette incohérence a un autre effet pervers. Exemple : Il est évident que si les communes du val d'Oise interdisent la tenue de ces feux d’artifices et qu’un département limitrophe l’autorise, les spectateurs se rendront dans ce dernier pour assister à ces spectacles. En d’autre termes, pour minimiser le risque il faut autoriser ces spectacles au maximum empêchant ainsi l’afflux massif de spectateurs non résidents. Pluralité des feux = division des risques de densité.

 

LES MESURES PROPOSÉES

​En tant que professionnels responsables et engagés, nous souhaitons travailler main dans la main avec les services du gouvernement afin de proposer les mesures suivantes :

 

  • Établir des échelons de risque en fonction du nombre de spectateurs,

  • Jauge « public » et superficie d’accueil de la zone spectateurs à préciser sur le CERFA de déclaration des spectacles,

  • Les zones « public » devront être clairement identifiées via des affiches et une communication en amont. Elles ne pourront accueillir au maximum que 5000 personnes (si nécessaire) et respecteront la règle de 4m2 par personne ou par groupe (jauge pouvant être revue à la baisse à la discrétion des autorités) avec port du masque obligatoire,

  • Mise en place d’arrêté municipal engageant la responsabilité personnelle du public pour les zones les plus étroites et les plus sensibles ( ou pour toutes les fans zones en fonction du choix),

Nous insistons sur le fait que les spectacles pyrotechniques font partie des rassemblements qui n'engendrent pas d'interactions physiques entre les personnes.

Télécharger le document