L’ART PYROTECHNIQUE DANS LA CULTURE

​​​CONSTAT

 

Notre secteur est trop souvent relayé au rang de simples prestataires techniques, nous démontrerons dans ce groupe pourquoi, et dans quel cadre nos spectacles ont une dimension culturelle. Dans le cas présent il s’agira de prendre en considération deux types d’activités :

•Les importateurs et / ou revendeurs  d’articles de pyrotechnie (peu représentés dans le syndicat)

•Les créateurs de spectacles pyrotechniques (majoritairement représentés dans le syndicat)

C’est bien cette dernière que nous mettrons en avant dans notre démarche.​

 

DÉFINITIONS

 

Artiste Nom - (latin médiéval artista, du latin classique ars, artis, art)

Personne qui a le sens de la beauté et est capable de créer une œuvre d'art : Une sensibilité d'artiste.

Personne qui interprète des œuvres théâtrales, cinématographiques, musicales ou chorégraphiques : Artiste dramatique.

 

Spectacle Nom masculin - (latin spectaculum)

Ensemble de ce qui se présente au regard, à l'attention, et qui est capable d'éveiller un sentiment : Contempler le spectacle d'un coucher de soleil.

Représentation théâtrale, projection cinématographique, etc. : La rubrique des spectacles dans un journal.

Ensemble des activités du théâtre, du cinéma, du music-hall, etc. : L'industrie du spectacle.

 

Pyrotechnie Nom féminin

Science des explosifs.

Art de mettre en œuvre les explosifs et les compositions pyrotechniques.

Établissements où l'on fabrique des artifices ou des explosifs.

Feu d’artifice  Nom masculin

Spectacle pyrotechnique, fait de pièces lumineuses explosant en plein air.

 

Œuvre Nom féminin

Production de l'esprit, du talent ; écrit, tableau, morceau de musique, etc., ou ensemble des productions d'un écrivain, d'un artiste : Les œuvres de Bach. Une œuvre d'art. Une thèse sur l'œuvre de Rimbaud.

 

Culturel Adjectif

Relatif à la culture intellectuelle, à la culture d'une collectivité : L'originalité culturelle du peuple basque.

Qui vise à développer la culture, à répandre certaines formes de culture : Échanges culturels.

Qui relève des acquisitions sociales, du milieu dans lequel on vit, par opposition à ce qui est inné, héréditaire : Facteurs culturels et facteurs naturels.

 

L’événementiel culturel, définition (selon article institut numérique 13/02/2014 https://www.institut-numerique.org/1-levenementiel-culturel-definition-52fc9bab3ac41 )

La définition la plus simple d’un évènement culturel repose sur « la rencontre d’un public avec la création artistique dans un lieu et un temps donnés ». Néanmoins, pour saisir l’événementiel dans sa complexité artistique, économique et institutionnelle, la définition de l’évènement culturel tel que l’évoque une étude d’octobre 2009 du Département des études, de la prospective et des statistiques du Ministère de la Culture et de la Communication et du cabinet Ithaque, s’appuie sur 5 critères articulant les formes de l’événement et ses finalités : le critère artistique, le critère du public, le critère de lieu, le critère de temps et le critère de rareté.

UNE TRADITION DE PLUS DE 400 ANS

LE FEU D’ARTIFICE, PATRIMOINE CULTUREL FRANÇAIS

On maîtrise bien la technique, puisqu’on a tiré le premier feu d’artifice Français il y a 408 ans, pour célébrer le mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche. Paris, 1615, la foule est présente place Royale, actuelle place des Vosges, pour assister aux célébrations du mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche, on vient de découvrir une invention étonnante… le feu d’artifice.

 

Plus tard, Louis XIV a inscrit les feux d’artifice à son patrimoine, à notre patrimoine en domptant cet art nouveau dans les jardins de Versailles. En 2021, avec nos avancées technologiques, nous continuons de faire vivre cette culture du feu d’artifice dans sa forme la plus complexe, sous forme de spectacles chorégraphiés, étudiés, pensés, dessinés. Capable de transmettre des émotions, de transmettre des idées et d’ouvrir un champ culturel vaste au plus grand nombre.

 

Le concepteur, le chorégraphe pyrotechnique, fait jaillir de son esprit la traduction visuelle de ce qu’il perçoit ou entend. Il associe les technologies, les sons, les formes, les couleurs. Il provoque l’interrogation, le plaisir, la joie, l’amour, la tristesse, la nostalgie… Il concède, l’espace de quelques instants, à se livrer aux spectateurs. Car malgré les sujets traités, les thématiques abordées, son état émotionnel aura un impact sur sa création…

Alors, une fois la partition écrite, les artificiers entrent en scène afin de disposer les éléments pyrotechniques tels qu’ils auront été pensés. Le concepteur et les artificiers sont indissociables, ils ne font qu’un, ils sont l’équation du spectacle.

POURQUOI  L’ART PYROTECHNIQUE DOIT ÊTRE DE PLEIN PIED DANS LA CULTURE ?

La création pyrotechnique est une activité artistique qui demande une connaissance des produits, de la colorimétrie (association des couleurs), de la musique, de toutes les techniques du spectacle.

 

Cette discipline demande une connaissance culturelle en fonction des événements que nous soutenons par l’utilisation de la pyrotechnie.

 

L’émotion va naître de cette alchimie entre les effets, les scènes et la musique.

 

L’ancienneté de notre activité et le succès de celle-ci auprès des cours royales valide le fait que  notre métier doit être considéré comme  un art à part entière ou l’esthétisme est une chose fondamentale dans la lecture du spectateur : il en fait une œuvre à part entière.

 

« Le grand art ne consiste pas à inventer des détails, ni à les bien exécuter, mais dans le bel ordre, dans une agréable symétrie, et dans une bonne conduite de tout. Un feu d’artifice est un vrai poème, il doit parler au cœur et à l’esprit, il doit intéresser, surprendre, enchaîner l’admiration, étonner. Un événement doit préparer à un autre, tout doit être lié par des scènes, par des actes, il doit y avoir un nœud, un dénouement. C’est là ce qui distingue l’artiste de l’ouvrier… »

Lettre de Jean-Baptiste TORRE au duc d’AUMONT citée par MASSON R., Feux royaux à Versailles. La fa (...)

Source : https://books.openedition.org/pur/54315?lang=fr

 

Nos spectacles interagissent sur le spectateur, ils sont une œuvre de l’esprit :

 

Œuvre de l'esprit :

Création résultant d'une activité intellectuelle ou artistique, revêtant toute forme d'expression et ayant un caractère d'originalité (en d’autres termes il faut que la création émane d’un esprit humain).

 

Source : https://cours-de-droit.net/les-oeuvres-protegees-la-notion-d-oeuvre-a121603872/

 

Pour qualifier une œuvre de l’esprit, on peut se référer à 2 caractéristiques :

•Il faut une création intellectuelle : efforts intellectuels, efforts créatifs c’est-à-dire qu’il faut une activité humaine ayant une nature intellectuelle

•Il faut une forme perceptible par les sens (essentiellement la vue, car le toucher et le goût ne sont pas pour l’instant admis)

 

Source : https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2016/09/09/comprendre-droit-d-auteur-oeuvre

En effet, l’art est conçu par un artiste : nous considérons notre métier comme un art, alors de fait nous appartenons à la culture.

 

Nous déclenchons chez le spectateur des émotions, nous éveillons ses sens en termes de perception sensorielle, de connaissance, de compréhension du spectacle donné, du contexte : l’œuvre d’art est produite pour être contemplée.

Nous demandons aux spectateurs dans nos créations aussi différentes soient elles de faire intervenir leur sensibilité, leur compréhension et au final leur jugement.

 

C’est par l’appel aux sens que nous demandons aux spectateurs de réagir : l’écoute, l’odeur, la vibration …

Nous recherchons, nous créateur, l’esthétisme, la réflexion du spectateur, l’émotion que l’on va chercher chez lui à travers son vécu, sa sensibilité.

 

Depuis une vingtaine d’années, notre activité est devenue beaucoup plus aboutie en matière de précision par la technologie et ainsi bien maitrisée nous arrivons à créer de véritables vagues émotionnelles au cours de nos spectacles.

 

Notre activité demande la maitrise de plusieurs domaines culturels et technologiques.

 

LA TECHNIQUE NE SE SOUSTRAIT PAS À L’ARTISTIQUE

 

Dans toutes les formes d’art reconnues par la culture, la technique a une part prépondérante. Or, dans notre métier, la technique est totalement réductrice, pourtant, il ne suffit pas d’avoir une bonne équipe technique pour mettre en œuvre une création pyrotechnique, c’est d’abord l’œuvre de l’esprit de l’artiste qui fera que le spectacle sera bon ou pas.

 

Cela s’entend dans de nombreux domaines tels que le théâtre, le cinéma, la musique.

 

Il est sans contexte qu’un metteur en scène soit un artiste du spectacle, notamment «pour la réalisation matérielle de sa conception artistique». Or, selon la loi, « L’artiste interprète est la personne qui représente, chante, récite, déclame, joue ou exécute de toute autre manière une œuvre littéraire ou artistique … »

 

•La gestion par ordinateur est alors bien une « manière » d’« exécuter» l’œuvre créée.

•Les moyens modernes tels que l’ordinateur restent bien une méthode.

 

Ainsi, vous pouvez constater que tous les éléments nous permettent de confirmer que nous, créateurs de spectacles pyrotechniques, sommes une part entière de «La Culture».

Télécharger le document